Pistes d'action

Dans le cadre de ses réflexions sur la participation citoyenne à l’ère numérique, l’OCPM a distingué cinq principales pistes d’actions à mettre en oeuvre.

1 - Environnement virtuel :

À la suite de notre expérience avec YouSayCity, dans le cadre de la consultation publique sur le projet de Plan de développement de Montréal (PDM), nous désirons continuer à utiliser des outils numériques conviviaux et gratuits qui permettent à la population de consulter les maquettes 3D des projets soumis lors des consultations.

Tout d’abord, pour chacune des consultations sur des projets immobiliers que tiendra l’OCPM (comme le souhaite aussi le conseil municipal), nous demanderons désormais aux promoteurs de fournir le modèle 3D du projet qu’ils présentent. Ensuite, afin de joindre un public plus élargi, nous pourrions effectuer des partenariats avec des développeurs pour créer de nouveaux programmes et plateformes Web. Ces outils pourront servir d’une part à informer les citoyens  et, d’autre part, à recueillir leurs opinions sur les différents projets. Ultimement, ces nouveaux programmes et plateformes Web pourront aussi être utilisés dans une optique de cocréation de scénarios d’aménagement.

 

2 - Réalité augmentée et virtuelle sur les appareils mobiles :

Puisque les téléphones intelligents et les tablettes sont aujourd’hui très répandus et qu’ils permettent d’avoir accès à un GPS, à un accéléromètre, à une caméra et au Web en tout temps, ils constituent aussi d’importants outils de visualisation des projets d’aménagement.

Ces appareils mobiles peuvent alors faire le lien entre les environnements virtuels 3D et le monde réel. Ainsi, l’Office souhaite mettre à la disposition des citoyens des applications mobiles gratuites afin qu’ils puissent visualiser des environnements 3D en temps réel et les comparer au territoire actuel. Ils auront donc accès à cette visualisation, peu importe l’endroit où ils se trouvent : sur le site même du projet, lors de consultations publiques tenues en salle ou encore dans le confort leur salon. Ce projet pilote pourrait, par exemple, être développé dans le cadre d’une consultation portant sur un programme particulier d’urbanisme ou sur un projet de développement immobilier.

 

3 - Formats ouverts et logiciels libres

Afin de participer au développement des pratiques de gouvernance ouverte, l’OCPM favorisera l’utilisation de formats ouverts et de logiciels libres pour diffuser de l’information associée aux différents dossiers de consultation. Par exemple, au lieu d’utiliser Google Map et Google Earth, nous privilégierons plutôt Open Street Map et Betaville pour produire des cartes interactives et des environnements virtuels. De plus, certaines cartes que nous utilisons présentement seront converties en formats ouverts. Enfin, les applications de réalité augmentée et virtuelle qui seront développées auront un code ouvert.

4 - Suivi des événements et outils pédagogiques

À la suite du colloque Wikicité, l’OCPM a constaté que les ressources d’apprentissage en ligne portant sur l’urbanisme et la participation publique sont limitées. Ainsi, afin de mieux diffuser les connaissances recueillies lors de nos événements et de populariser les documents pédagogiques que nous produisons, l’Office développera des alternatives Web et mobiles en plus des formats papiers. Ces dernières permettront un apprentissage dynamique et interactif.

 

5 - Accessibilité et convivialité

Dans un objectif général d’amélioration continue de son site Web, l’Office proposera un environnement plus convivial offrant une meilleure accessibilité à la documentation disponible pour chacune des consultations. Faisant suite à nos initiatives destinées aux personnes ayant des mobilités réduites qui se trouvent déjà sur notre site Web, l’OCPM s’est assuré que les standards de design soient simplifiés et que le code de programmation de Wikicité 101 soit compatible avec des programmes spécialisés pour les personnes ayant des troubles de la vision.

Partagez sur les réseaux sociaux