Externalisation ouverte (« crowdsourcing »)

« Crowdsourcing »

L’externalisation ouverte, « crowdsourcing en anglais », se traduit littéralement par « approvisionnement par la foule ». Elle désigne une pratique qui consiste, pour un individu ou une organisation, à lancer un appel public, sur une base volontaire, pour amasser de l’information, créer des connaissances, développer une idée, administrer un service, améliorer un produit, trouver une solution, réaliser un projet, etc.

(+)

L’externalisation ouverte, « crowdsourcing en anglais », se traduit littéralement par « approvisionnement par la foule ». Elle désigne une pratique qui consiste, pour un individu ou une organisation, à lancer un appel public, sur une base volontaire, pour amasser de l’information, créer des connaissances, développer une idée, administrer un service, améliorer un produit, trouver une solution, réaliser un projet, etc.

Crowd + Sourcing
Le terme « crowdsourcing » a été formé à partir des mots « crowd » (foule) et « outsourcing » (externalisation, qui veut dire le transfert vers un ou des partenaire(s) d’une fonction qu’une organisation décide de ne plus assurer elle-même pour améliorer son efficacité, innover ou encore économiser).

Tirer profit de l’intelligence collective
L’externalisation ouverte est associée à l’idée de mise en commun de la créativité, de l’intelligence et des savoir-faire de la collectivité qui constitue une mine intarissable de connaissances, de compétences et d’expériences. Elle peut servir à atteindre des objectifs de toute nature : culturelle, sociale, citoyenne, environnementale, scientifique, économique, commerciale, etc.

Par exemple, le site Web Fix my Streets, mis sur pied par l’organisme mySociety, permet aux citoyens, à l’aide d’une carte interactive éditable, d’informer immédiatement leurs autorités locales des problèmes devant être adressés dans leur quartier (lampadaires brisés, nids de poule, mauvais éclairage, graffitis, amoncellement de déchets, etc.) et suivre l’évolution du traitement de leur demande.

L’initiative d’externalisation ouverte la plus connue est certainement Wikipédia, où des millions d’utilisateurs contribuent à l’enrichissement de l’encyclopédie en rédigeant des articles, en discutant et en se corrigeant mutuellement.

Fonctionnement
Selon les attentes et les besoins de l’initiateur d’une démarche d’externalisation ouverte, la tâche à réaliser peut s’adresser à un public spécifique (citoyens, groupes sociocommunautaires, jeunes, élus, etc.)  ou être ouverte à tous. Elle peut aussi bien s’effectuer de façon collaborative, en se basant sur l’interaction continue des participants, que de façon individuelle (simultanément, en parallèle).

Évolution et impacts d’Internet
Bien que l’externalisation ouverte n’était pas à l’origine un phénomène numérique, le terme s’est rapidement propagé pour désigner la tendance à utiliser la collaboration de masse permise par le Web 2.0.

Ces dernières années, plusieurs termes et pratiques inspirés du « crowdsourcing » ont fait leur apparition : « crowdvoting », « crowdfixing », « crowdcasting », « crowdsearching »,  « crowdcomputing », etc.

Partagez sur les réseaux sociaux

Pour en savoir plus à ce sujet